Americain Gangster

Americain Gangster

LA MAFIA Mexicaine
La mafia est une société secrète dont les ramifications sont grandes en Italie, aux Etats-Unis et dans le monde entier à cause du trafic de drogue. Certains pensent que le mot Mafia vient d’une expression arabe « Mù afàh » qui signifie protection des faibles mais aussi beauté, adresse, capacité et sécurité. Cette origine explique ce qu’était réellement la Mafia : un groupe d’individus armés qui fait la loi mais ne reconnaît pas l’état de droit.

L’organisation de la mafia
La mafia possède une organisation pyramidale très hiérarchisée, fondée sur un système naturel et simple : celui de l?utilisation de tous les membres de la famille comme noyau d?organisation.

Tout au bas de l?échelle,
la mafia di borgata rançonne les petits commerçants de quartiers ; juste au-dessus, les responsables sont chargés du contrôle des pompes funèbres, du marché des agrumes et surtout de la contrebande de cigarettes ; à l?échelon supérieur, la mafia classique s?occupe des travaux publics et du trafic de la drogue.

L’esprit de la mafia
La mafia évoque une organisation criminelle, mais elle désigne aussi une mentalité qui glorifie certaines valeurs. Et certains comparent l?esprit de mafia à celui d?un hors la loi, car comme lui, il a le respect de la mère, des femmes, des enfants, des veuves, de la parole donnée, de la religion et des devoirs de l?hospitalité. D?ailleurs quand on parle de mafiosi, on parle aussi d?hommes d?honneurs?

Ces hommes d?honneurs ont des lois, des règles qui régissent leur vie :-
l?obéissance est la règle essentielle

- l?omertà (loi du silence) et la loi de l?honneur interdisent de dénoncer un coupable. Aussi même une victime, menacée n?ose dévoiler le nom de ses, les actes criminels de la mafia, persécuteurs. En fait, cette loi obéit à la loi sicilienne : « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire » car comme un proverbe local le dit : « Celui qui se tait est un sage »

- la loi du cosche (du clan) prescrit de ne pas tirer profit de la prostitution, de ne pas perpétrer l?enlèvement d?enfant, de ne pas convoiter la femme d?un autre homme d?honneur.

Si un mafioso transgresse ces lois, il est mort. En effet, la mafia fait respecter le code d?honneur.

D?ailleurs la mafia a longtemps été considérée comme une sorte de police privée qui faisait respecter les lois ancestrales. Jusque dans les années 1950, les actes criminels de la mafia, dans la mesure où ils vengeaient l?affront à une famille, en s?appuyant sur le code de l?honneur du clan étaient légitimés et voire encouragés par la population.

Aussi il faut savoir que la mafia est une langue muette faite de signes décryptables par les seuls initiés. Elle n?utilise jamais de traces écrites.

Et les mafiosi ne se nomment pas par leurs prénoms mais par des surnoms humoristiques souvent liés à leur aspect physique ou à un trait de leur caractère.

Quand on rentre dans la mafia, on est soumis à un rituel d?initiation. Comme dans la plupart des sociétés secrètes, l?impétrant est parrainé. A l?aide d?une épingle, on lui perce l?index de la main dont il se sert pour tirer. Le sang ainsi prélevé est répandu sur une image de la Vierge qui est ensuite brûlée. Le nouveau mafioso jure alors aux lois de l?Organisation, lois qui, bien entendu, n?ont jamais été consignés par écrit. Actuellement, ils sont environ 6000 en Sicile à avoir ainsi prêté serment et engagés leur vie au service de la Costa Nostra.

La Mafia et la drogue
On a pu constater que les mafiosi attachaient beaucoup d’importance aux valeurs traditionnelles. Mais les mafiosi modernes sont en train de transgresser le code d’honneur. Et aujourd’hui, ceux qui se déclarent les authentiques mafiosi sont les trafiquants de drogue. Déjà en 1957, les branches américaine et sicilienne de la Mafia se réunirent à Palerme pour fonder la Copula (la Commission) et organier le réseau sicilien de distribution de l’héroïne. L’île fut très satisfaite de se voir confier l’importation et la distribution de toute l’héroïne aux Etats-Unis. Et la Mafia utilisa une chaîne de pizzeria pour blanchir l’argent de la drogue. Ce stratagème (la pizza connexion qui est toujours utilisé fit de la Sicile le carrefour stratégique du trafic de drogue, qui s’étendis à celui des armes.

La Mafia, la drogue et le crime

La Mafia est donc organisée en plusieurs gangs qui se font la guerre. Des meurtres sont alors commis. Par exemple, en 1981 et 1983, les habitants d’un petit village, Corleone, étaient en guerre contre un autre gang. A cette période, ce village détenait le taux de criminalité le plus élevé d’Europe. Il fut d’ailleurs baptisé « La pierre tombale ».

Aussi, on peut remarquer que certains mafiosi comptent parmi les plus grands criminels. Ainsi, Toto Rina, un parrain surnommé « La belva » (la bête) fut capturé à Palerme en 1993, après 23 ans de cavale et fut reconnu coupable de 150 meurtres.

Le rôle de la Mafia dans l’économie de la Sicile
L’économie de la Sicile est en difficulté : -
31.7 % de la population exerce une activité ; c’est le taux le plus faible de l’Italie

- le taux de chômage est de 23.9 % (le plus important après celui de la Calabre)

- 1/4 des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté.

L’agriculture représente 20 % du PNB avec :

- la culture des agrumes : oranges, citrons, mandarines?

- le blé,

- les oliviers,

- la vigne.

Mais le manque d’eau et la sécheresse dans le sud ainsi que l’existence des « latifundia » (grands domaines agricoles) sont un obstacle au développement de l’agriculture.

La Sicile possède aussi des gisements de gaz et de pétrole et l’exploitation de ces gisements a permis de sauver l’île du naufrage économique dans lequel elle se trouvait depuis environ trente ans. Les grands complexes pétrochimiques sont ceux de Syracuse, de Gela, d’Augusta et de Milazzo.

Malgré cela, l’industrie sicilienne est en retard et n’emplois que 20% des travailleurs.

L’économie sicilienne repose aussi sur :
- l’électronique, la petite mécanique et la recherche avec par exemple le centre de recherches nucléaire de Catane ou l’usine d’emballage métallique de Palerme.

- la pêche qui joue un rôle important même si elle est encore souvent artisanale. Ses bateaux représentent un quart de la flotte italienne.

- le tourisme est important lui aussi même si on considère que les trésors archéologiques de l’île devraient attirer plus de touristes. En 1996, la Sicile a reçu 1120000 touristes dont 292000 français et ce chiffre est très décevant. On attribut ces résultats à l’hôtellerie qui est très inégale (service médiocre, laisser aller, ouverture des établissements seulement 4 ou 5 mois par an) ainsi qu’à une mauvaise mise en valeur et protection du patrimoine.

Pourtant le gouvernement central accorde des subventions et des aides importantes comme la gratuité de certaines autoroutes.

C’est là qu’intervient la Mafia. En effet, elle contrôle 80% de l’économie de l’île, son chiffre d’affaires est de 88 milliards de francs, elle emploie 170000 personnes, détourne environ la moitié des subventions européennes et se place au vingtième rang des puissances financières du monde. Ainsi, Palerme, au 81ème rang des villes italiennes pour sa production se retrouve à la 11ème place pour sa consommation. Voilà un des miracles de la Mafia.

Aucun entrepreneur n’y échappe : soit il intègre un ou plusieurs membre de Cosa Nostra dans son conseil d’administration, soit il doit revendre ses biens à un mafioso.

Les commerçants doivent verser un « pizzo », c’est à dire une somme d’argent en échange d’une protection forcée.

La mafia détourne des fonds publics, fait appel à une main d’?uvre particulière parmi les jeunes chômeurs de Palerme (petits revendeurs et chimistes pour traiter la drogue en laboratoire).

Le domaine le plus touché est celui de l’immobilier : on construit beaucoup de grands immeubles qui défigurent l’île.

Toutes ces activités permettent de blanchir l’argent de la drogue, de la contrebande, le racket, la vente d’armes et beaucoup d’autres actions illégales qui rapportent d’énormes profits. Ainsi, le transit de la cocaïne et de l’héroïne d’Iran, d’Afghanistan et du Pakistan vers le Moyen Orient puis l’Europe rapporte 150000 milliards de lires par an soit 12% du PNB de l’Italie.

Tout cet argent est investi à la Bourse de Milan dans des projets de constructions, dans des participations financières?

Aujourd’hui, plus personne n’ignore l’implication de la Mafia dans l’économie de la Sicile. Cependant, il se révèle très difficile de prendre des mesures efficaces sans risquer de ruiner l’île.

La « pieuvre » a aussi atteint la politique et les administrations (police, justice) ; elle dépasse même les seules frontières italiennes. Mais depuis 1962, début de la lutte anti-mafia, un mouvement générale contre ce fléau se développe. Les Siciliens, notamment les jeunes et les commerçants refusent de s’y soumettre et se révoltent sous la forme de manifestations et d’associations.

Mais rassurez-vous, la Mafia ne s’attaque pas aux touristes. Elle est omniprésente mais sa forme sait pourtant rester discrète. Vous côtoierez peut être ses membres les plus influents sans vous en douter tant ils vous apparaîtront comme de paisibles siciliens, vacant à leurs occupations

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»